LIMA (Perou): Le succés de Michelito Lagravere

Publié le par Jean Louis Pous

J’étais le dimanche 4 mars,  à Acho les arénes bi-centenaires de Lima, dans le quartier du Rimac. Les autorités municipales fêtaient le 88° anniversaire de la fondation du district et organisaient ce «festival taurin de niños toreros»,inicialement prévu avec trois «niños»: La mexicaine MARI PAZ (de 14 ans), MICHELITO LAGRAVERE (de 10 ans) et le  petit frére du matador de Lima  ANDRESITO ROCA REY (12 ans).
 La couverture médiatique fut importante, outre deux conférences de presse : des émissions télé, la presse people et les pages webs taurines…mais ce n’est pas le genre de publicité qui déplace les foules. Hier, ACHO enregistrait un petit quart d’entrées…pour un festival taurin de bienfaisance en faveur du «vaso de leche» ! Dommage … et une fois encore, les absents ont eu tort.
Trois jours avant le 2 mars, nous apprenions que la jeune mexicaine n’avait pas fait le voyage à Lima: elle devait représenter l’école taurine de sa région au concours national mexicain du week-end. Dés lors, la tarde prévue pour 6 becerros se réduisit à 4. Et, nouveau coup du sort : une heure avant le paséo, la famille d’Andresito Roca Rey annonçait qu’il venait de rentrer en clinique, suite à de sérieux problémes gastriques… Le fils de Michel Lagravere,  fit donc le paseo seul. Follie !!! Une gasconade, non un exploit.
Le petit Michelito, en traje campero salua sous l’ovation après le paséo. IL déploya son capote fushia et vert pour accueillir le premier éral de Apostol Santiago, un negrito de 181 kgs. L’enfant posséde déjà une bonne technique, avance le bras, met la jambe et reste ferme. Après le picotazo, il offrit une paire de banderillas à son sobresaliente, un certain Kevin, plus âgé mais nettement moins expérimenté. MIichelito cloua une belle paire avant de prendre la muleta pour une faena de verdad, lente, templée qu’une estocada entiére remata. La premiére oreille de la tarde lui fut accordée. Il coupa deux oreilles à son second, un autre negro zaino, envoyé par le Doctor Nazario Villafuerte.
Il fut applaudit au 3° et coupa un pavillon (avec pétition de la seconde oreille) au 4°, avant de sortir en triomphe par la grande porte du Sñor de los Milagros, escorté par le Maire du Rimac et le ganadero.
La tarde fut marquée par d’autres incidents : le cheval de l’arrastre fut victime d’un infratus après avoir tiré le 2° eral. Les monosabios durent tirer les dépouilles des deux derniers, à la main … le cheval de picador se blessa à la patte, en sortant de la 4° rencontre. Le sobresaliente El Guilla fut piétini par le 2°… Aucun puntillero n’intervint ; le paséo se fit sans alguazi. Et la presse taurine de la capitale n’a pas manqué de relever les nombreuses fautes d’application du règlement taurin. Mais, tout cela, c’est de la littérature !
J’ai un un niño de 10 ans, recevant au capote, banderillant, lidiant et tuant à l’épée (une courte mais efficace rapiére) quatre becerros. Une «gesta» pour l’histoire ! Michelito est déjà programmé pour la féria de      Cutervo en juin. D’autres plazas du Centre du Perou devraient l’accueillir. Soyons fiers: nous avons un «petit Juli».

Publié dans Reseñas

Commenter cet article