"Les yeux noirs" nouveau livre taurin

Publié le par Jean Louis Pous

Vient de paraître aux Editions Verdier, dans la collection "Faenas", dirigée par Jean-Michel Mariou, ce recueil de nouvelles taurines écrites par Olivier Deck.
Faenas : une collection et une revue.
Le monde de la tauromachie est un des plus étranges et des plus déroutants que l'on puisse rencontrer dans cette Europe du début du vingt et unième siècle. Comment expliquer que cette survivance antique d'un des plus anciens mythes connus (l'affrontement de l'homme à la bête, la ritualisation de sa victoire sur la nuit, la force aveugle, la nature la plus sauvage) ait traversé l'équarrissage de toutes les modernités, de toutes les " assimilations " ?
-O. Deck est né à Pau en 1962, écrivain, poète, peintre, musicien… l'œuvre polymorphe de ce Gascon, Béarnais installé dans les Landes, se construit depuis une vingtaine d'années autour de la parole et de l'image. Il commence sa carrière par la peinture, ce qui le mènera à exposer au salon de la Jeune Peinture (Paris, Grand Palais) en 1989, puis au Salon d'Art Contemporain de Montrouge. Défendus par plusieurs galeries, ses travaux figurent dans de nombreuses collections, en France et à l'étranger. Au fil du temps, l'écriture va prendre davantage de place dans sa création. Depuis 1999, il publie régulièrement des romans et des nouvelles, ainsi que de la poésie qu'il porte lui-même sur scène, mise en musique ou simplement dite.
" J'ai compris qu'il n'y avait pas de différence entre le cante et le toreo. Ils ne font qu'un. Un chant spirituel, qui exprime la tragédie de la vie. Un chant d'amour désespéré que la mort rend sublime. "
Le monde de la tauromachie risque bien d'avoir disparu avant que la littérature n'arrive à le faire plier. Pourtant, dans ces Yeux noirs, Olivier Deck réussit à approcher au plus près certaines vérités fondamentales de ce monde hors du commun où la vie est un peu plus que la vie.
Lorsqu'à travers ces dix courtes nouvelles, brillantes et ciselées comme une faena parfaite, il décrit le petit monde des gargotes et des bistrots taurins de Madrid, Olivier Deck nous souffle avant tout cette vérité: quand la corrida, la musique, la poésie et la peinture n'existeront plus, il faudra bien trouver autre chose…

Publié dans Livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article